Interview de David Guillou

Interview de David Guillou

1er prix du Jury
du 2ème Salon de Peinture Abstraite

Medeya : Pouvez­-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs ?
David Guillou : Je suis un artiste autodidacte né en 1974. Chimiste de formation, mon histoire artistique naît de mon attachement pour les clichés urbains que je capturais dans le souci du détail. En 2004, la découverte de l’art impressionniste abstrait et de l’action painting me conduisent tout naturellement à produire mes propres ébauches picturales sur toile.

Medeya : Quel a été le parcours professionnel et/ou artistique qui vous a forgé en tant qu’artiste ?
David Guillou : Mon parcours artistique est fait de rencontres et de passion. Assez rapidement, mon travail est remarqué lors de salons et d’expositions dans divers lieux brestois entre 2004 et 2008. C’est en 2008 que ma rencontre avec un ami peintre a tout changé. Il m’a découvert dans un salon d’art et m’a lancé dans le grand bain des galeries. Ensuite tout s’est enchainé, grâce au soutien inconditionnel de la galerie perspectives à Pont-Aven. En 2011, primé à deux reprises m’ouvre les portes de galerie à Mougins, Dijon, Sedan…

Medeya : Quel est le cheminement qui vous a mené vers l'abstraction ? Pourquoi avoir adopté ce mode d’expression plutôt qu’un autre ?
David Guillou : L’abstraction, c’est la découverte. Une œuvre abstraite peut cacher plusieurs histoires qui se dévoilent avec patience. J’aime quand un observateur imagine en regardant une de mes toiles. Peu à peu il s’approprie la toile et à ce moment- là je suis heureux…

Medeya : Votre vie et ses étapes influencent­-elles votre art et de quelle manière ?
David Guillou : La peinture influence ma vie et ma vie influence ma peinture. Les deux sont passionnées et indissociables.

Medeya : Comment définiriez­-vous votre travail artistique ? Que dites-­vous de vos créations à quelqu’unqui ne les a jamais vues ?
David Guillou : C’est très difficile de parler de ma peinture, je préfère laisser une amie en parler : « Sa peinture tout en émotion et en énergie, nous révèle un bel art abstrait qui plonge immédiatement celui qui la contemple dans son imagination la plus profonde. Il signe un style original et unique qui allie harmonieusement les glacis minéraux teintés de transparence aux courbes instinctives jaillissant de ses pinceaux malicieux, conférant à ses œuvres un attrait indéniable ».

Medeya : Quel est le point de départ d’un tableau, la genèse d’une œuvre (un schéma, une image, lehasard, l’imagination seule, un peu de tout ça) ?
David Guillou : Tout ce qui procure une émotion est sujet à créer. Un sentiment, un coucher de soleil….

Medeya : Avec quel artiste d’hier auriez­vous aimez vous entretenir ? Et pourquoi ?
David Guillou : Pollock pour l’instinct…

Medeya : Et parmi vos contemporains ?
David Guillou : Jean Soyer pour le talent…

Medeya : Selon vous, à partir de quel moment un peintre, un photographe, un musicien... devient un artiste ?
David Guillou : Quand il commence à « créer », à être lui-même et qu’il quitte ses influences…

Medeya : Quels conseils donneriez vous à un artiste débutant ?
David Guillou : Je n’en ai qu’un : y croire !

Medeya : Quelle est l’exposition d’un autre artiste qui vous a le plus marqué ?
David Guillou : Miro.

Medeya : Quel est votre plus fort souvenir d’exposition personnelle et pourquoi ?
David Guillou : Pour l’instant, c’est la première qui m’a le plus marqué, avec ses sentiments mêlés de peur, d’excitation de bien faire sans avoir l’assurance que mon travail plaise. C’était en 2008 !

Medeya : Artistiquement parlant, y a-­t'­il un rêve que vous n’avez pas encore réalisé ?
David Guillou : Exposer à New-York !

Medeya : Quelle est votre actualité et vos projets artistiques ?
David Guillou : Je participe à un autre salon d’art en novembre 2015 puis je vais préparer une exposition personnelle de quatre mois en 2016 au siège d’une grande entreprise … Mes projets sont aussi de trouver d’autres collaborations en galerie en 2016 et de participer à des salons internationaux.

Medeya : Pour se faire une idée de votre personnage de façon plus général, j’aime bien soumettre à nos artistes invités les questions un peu naïves du thème de l’île déserte...
­Sur une île déserte vous emportez...
*Quel film ? France-Brésil 98.
*Quel livre ? Aucun.
*Quelle musique ? Comme j’envoie pas de livre, j’envoie deux musiques ;-)
- Spiders de moby quand il pleuvra.
- Fistfull of d’Antony and the Johnsons pour les jours ensoleillés.
*Quel objet ? Un crayon.
*Lequel de vos tableaux ? Une toile vierge.

Medeya : Quel voyage aimeriez-­vous encore faire ?
David Guillou : Les îles grecques pour leurs couleurs et leur bien-être.

Medeya : Quelles étaient vos ambitions d’enfant pour votre vie d’adulte ?
David Guillou : Prendre du plaisir.

Merci David !
Retrouvez David Guillou sur son site Web et sa page Facebook.

Dernière modification : 11 juil. 2016