Interview de Chris Klein

Interview de Chris Klein

Medeya : Bonjour Chris. Pouvez-vous présenter l’artiste Chris Klein à nos lecteurs ?

Chris Klein : Bonjour, je suis né en Angleterre, dans la banlieue nord de Londres.

Au début, mon succès en tant qu'artiste était intermittent.  En parallèle,  je travaillais en tant que scénographe pour le théâtre et le cinéma.

En 1999, j’ai déménagé  au Québec,  j’ai épousé ma femme qui est de Montréal et  j’ai continué ma carrière en tant que scénographe pour le cinéma et le théâtre.

S’installer dans un nouveau continent m’a permis de me sentir renaître  en tant qu'artiste. Peu à peu je commençais à être reconnu par les galeries. Aujourd’hui  je suis représenté par des galeries à Montréal, à Toronto, ainsi qu’en Europe.

Misanthrope-Stratford 2011

Misanthrope-Stratford 2011

Medeya : Quel a été le parcours professionnel et artistique qui vous a forgé en tant qu’artiste ?

Chris Klein : Je considère que j’ai toujours été un artiste. J’aime dessiner depuis toujours. Je viens d'une famille d'artistes, mais aucun d'entre nous étaient  artistes de profession.  Je peignais par passion.  A 17 ans,  il était très excitant d’exposer  mes œuvres, d’autant plus  lorsque j’ai vendu mes premières peintures.  Penser que des personnes payaient pour avoir un de mes tableaux accroché sur leur mur me procurait une grande émotion.

 

Medeya : Pourquoi avoir choisi la peinture comme mode d’expression plutôt qu’un autre ? Quel a été le déclic ?

Chris Klein : Pour moi, la peinture et le dessin était la seule façon «naturelle» d'expression. J’aime  dessiner depuis un  âge très précoce. Je me souviens que mes frères et sœurs m’aidaient à faire les arbres et les nuages…Je suis le plus jeune des 5.

J’admire les gens qui s’expriment au travers de la musique, de la danse ou de la poésie, mais le dessin et la peinture ont toujours été  beaucoup plus naturels pour moi. C’était une évidence, non un choix. C’était juste moi.

 Costumes from the Stratford Warehouse N°03

Costumes from the Stratford Warehouse N°03

Medeya : Votre vie et ses étapes influencent-t-elles votre art et de quelle manière ?

Chris Klein : Oui,  cela m’a certainement  fait évoluer en tant qu'artiste. Mais, bien que mes compétences et mon habileté se soient améliorées, je sens que je suis en train de perdre la qualité de l'aventure que je vivais quand j’étais jeune. Je voulais tout peindre, expérimenter toutes les techniques, je ne m’arrêtais jamais, j’étais  toujours à la recherche de nouvelles techniques et de nouveaux sujets. Cependant,  je me  suis rendu compte qu’il me fallait aussi une certaine stabilité et qu’il  me fallait créer une peinture qui soit reconnue comme  mienne. Au début, les galeries n’étaient pas intéressées par mon travail. Elles n'y trouvaient  pas de continuité, pas de structure.  J’aime toujours ce que je fais, et je voudrais  faire beaucoup plus ...... il me faut juste trouver le temps!

 

Medeya : Comment définiriez-vous votre travail artistique ? Que dites-vous de vos œuvres à quelqu’un qui ne sait pas ce  que c’est qu’une œuvre de Chris Klein ?

Chris Klein : Je ne me sens pas particulièrement être un peintre «photo-réaliste» ou «hyper-réaliste», mais j’utilise souvent ces termes pour décrire mes œuvres, car les autres me classent souvent dans cette catégorie. Cependant, de près,  mon travail peut paraître grossier ou sommaire. Je ne cherche pas à copier une photo. Je veux que les gens voient la rugosité de mon travail de près,  les coups de pinceau, qu’ils voient  comment je créé la peinture. Mais, lorsque vous prenez du recul, vous avez l’impression de voir une photo.

 Costumes from the Stratford Warehouse N°07

Costumes from the Stratford Warehouse N°07

Medeya : Pourquoi ces choix de sujet, de technique, de style ?

Chris Klein : Je suis toujours influencé par ce que je vois autour de moi. Parfois, les gens ne savent  pas voir ou reconnaître le point commun entre chaque série de peintures. Cependant ma récente série de peintures me paraît être une évidence.

Il y a quelques années, j’ai accepté un poste à la tête de l'art scénique du Festival Shakespeare de Stratford au Canada. Nous avons l'un des plus grands entrepôts de costumes en Amérique du Nord. Comme je me promenais  pour admirer tout le matériel, les textures, je me suis rendu compte que je  devais  les peindre.  Je ne comptais faire qu’une seule peinture, mais c’était tellement agréable... Au fur et à mesure que je peignais, je me  rendais compte qu’il y avait une infinité de matières et de textures, je devais continuer et peindre plus. Je suis encore en train de les peindre.

Un jour un collègue est venu voir mes peintures de costumes. Comme il  revenait d’une casse de voitures et qu’il avait vu des piles de carcasses de voitures,  il me dit qu’il y avait une similitude entre mes costumes et les carcasses de voitures. Les plis de métal ressemblent aux plis des tissus. Les couleurs et les textures sont multiples … La seule différence c’est que les voitures sont à l’horizontale, tandis que mes costumes sont  à la verticale. Je suis donc allé voir par moi-même et j’ai pris plein de photos. Dès que je les ai vues, pour les mêmes raisons que pour les costumes, je savais que je devais les peindre. Je suis encore en train de peindre une autre série "Second Hand".  Il y a bien plus de variété et de diversité que  pour les costumes. J’ai de quoi faire encore pendant longtemps !

 Bodywork need a little rust treatment

Bodywork need a little rust treatment

Medeya : Qu’est ce qui, de façon générale influence votre peinture (peintre, cinéma, musique, auteur…)

Chris Klein : Je suis une personne très visuelle. Presque chaque jour, je vois quelque chose qui me fait penser à une possibilité de peinture. Je prends souvent des photos. Les téléphones portables sont parfaits pour ça!

J’ai une liste incalculable de photos sur mon ordinateur que je classe sous la rubrique «idées de peintures". Chaque fois que je m’ennuie un peu avec mon travail pictural du moment, je parcours ces images. Parfois je me demande pourquoi diable j’ai fait telle ou telle photographie! Mais je trouve souvent des petits bijoux qui pourraient avoir beaucoup de potentiel.

De la même façon,  je peux trouver des idées en regardant des films. Je peux remarquer quelque chose dans le fond, quelque chose sans importance, mais qui me saute aux yeux.

Les autres artistes ne m’influencent pas réellement. Mais en regardant leur travail, je peux dire que cela  m’inspire.

 Complete with under-body protection

Complete with under-body protection

Medeya : Quel est le point de départ d’un tableau, la genèse d’une œuvre (un schéma, une image, le hasard, l’imagination seule, un peu de tout ça…) ?

Chris Klein : Comme je l'ai expliqué, ça commence souvent par quelque chose qui s’est produit dans ma vie. Souvent, d'une photo que j’ai prise.

Lorsque je parcours mes images, je peux tomber sur quelque chose qui me plaît, mais ce n’est  pas toujours ce que je veux peindre. Je vais explorer davantage, peut-être sortir et prendre plus de photos de sujets spécifiques. Puis souvent, je  les bidouille dans Photoshop.  Maintenant,  j’ai pris l'habitude d'esquisser beaucoup plus ce que je fais. Mais de nos jours, avec la technologie, il est beaucoup plus rapide de le faire par ordinateur, et beaucoup plus rapide de modifier un objet, et si cela ne fonctionne pas, beaucoup plus rapide tout simplement  de recommencer à nouveau. Les téléphones mobiles ont de si bons appareils photo intégrés que je n’ai pas besoin d'esquisser. De toute façon, très souvent je n’ai pas le temps. Ceci implique d’avoir toujours  mon téléphone avec moi.

 Costumes from the Stratford Warehouse N°04

Costumes from the Stratford Warehouse N°04

Medeya : Avec quel peintre d’hier auriez-vous aimez vous entretenir ? Et pourquoi ?

Chris Klein : C’est une question très difficile car il y a tellement de grands artistes que je souhaiterais rencontrer. J’aime les expériences, les gens qui essaient des choses radicales. Picasso peut-être, mais aussi Leonardo Da Vinci. Ce dernier était radical pour  sa période. Un  esprit si brillant qui n’a jamais cessé de poser des questions et d'explorer tout et tout. Il terminait rarement ses tableaux. Je suppose qu'il s’ennuyait rapidement et voulait passer à d'autres choses. Je peux comprendre cela.

 

Medeya : Et parmi vos contemporains ?

Chris Klein : Gerhard Richter, j’admire cet homme. Son travail est si vaste,  du «photoréalisme» à l'abstrait, mais tout est  tellement incroyable.

 Costumes from the Stratford Warehouse N°06

Costumes from the Stratford Warehouse N°06

Medeya : Pouvez-vous nous citer un tableau que vous rêveriez de voir en vrai ? Pourquoi ce tableau ?

Chris Klein : J’ai eu la chance de pouvoir passer du temps à visiter des galeries de Paris et de Londres. J’ai vu de nombreux tableaux que je désirais voir quand j’étais jeune. Mais si  vous m’autorisez à en sélectionner deux, je choisirais "Guernica" de Picasso, une  peinture tellement puissante, tellement chargée d'émotion. Je ne l'ai vu qu’à la télé, mais il me tarde de visiter Madrid pour  la voir en vrai.

En outre, pour des raisons très différentes, je serais ravi de voir les célèbres peintures rupestres de Lascaux en France. Ces belles peintures créées il ya plus de 17000 ans sont tout simplement incroyables. Malheureusement, je  pense ne jamais avoir l'occasion de les voir en vrai car elles se détériorent. Depuis que nous les avons ouvertes sur le monde, nous sommes en train de les détruire. C’est dommage, elles ont survécus si longtemps.

 Customised Convertable needs some attention

Customised Convertable needs some attention

Medeya : Selon vous, à partir de quel moment un peintre, un photographe, un musicien… devient un artiste ?

Chris Klein : Si nous sommes nés avec ces cadeaux, alors peut-être que nous sommes nés artistes. Ce n’est certainement pas un morceau de papier émis par une école ou une université qui fait de nous un artiste!

Tout le monde n’a pas le talent pour faire de l’art, nous sommes donc peut-être nés avec une "graine" d’artiste à l'intérieur de nous. Il faut en prendre soin, tout simplement  la développer. J’ai toujours aimé dessiner et, même si je devais faire une autre carrière, je ferais toujours du dessin et de la peinture. Lorsque j'étais plus jeune, je travaillais dans le commerce automobile. J'étais très bon dans ce domaine, mais je continuais toujours à peindre et à exposer.

 Merry Wives of Windsor 01 Stratford 2011

Merry Wives of Windsor 01 Stratford 2011

Medeya : Quelle est l’exposition d’un autre artiste qui vous a le plus marqué ?

Chris Klein : Je pense que chaque œuvre que j’ai vu a laissé une marque sur moi. De Vermeer à Picasso, Giotto à Hirst, tout l'art me touche d'une certaine façon.

 

Medeya : Quel est votre plus fort souvenir d’exposition personnelle et pourquoi ?

Chris Klein : Je me souviendrai toujours de ma première exposition quand j’avais 17 ans. C’était la première fois que je vendais un tableau et les premières réalisations que d'autres personnes étaient prêtes à payer pour  accrocher sur leurs murs.

 Much Ado About Nothing Stratford 2012

Much Ado About Nothing Stratford 2012

Medeya : Pouvez nous parler des autres fonctions que vous endossées et qui gravitent autours de votre casquette d’artiste peintre ?

Chris Klein : Depuis de nombreuses années, je suis un artiste scénique. Voilà, je peins des paysages pour le cinéma ou le théâtre. Cela peut être une toile de fond photo réaliste pour un grand film, comme une vue sur la ville à partir d'un appartement situé en  hauteur, ou pour un plancher de scène pour le Cirque du Soleil en utilisant des peintures métalliques et des images abstraites. C’est très agréable car chaque travail est totalement différent du précédent.

Depuis peu, je suis presque à temps plein à la tête de l'art scénique du festival Shakespeare de Stratford au Canada. C’est le plus grand théâtre classique en Amérique du Nord. Nous pouvons produire jusqu'à 16 spectacles par an. Ainsi, J’ai peint et supervisé les décors de beaucoup de spectacles. Certains d'entre eux ont été très amusants et j’ai eu l'occasion de rencontrer beaucoup de gens intéressants de partout dans le monde.

 Theatre

Théatre

Medeya : Artistiquement parlant, il y a-t-il un rêve que vous n’avez pas encore réalisé ?

Chris Klein : J’aimerais réussir en Europe. J’ai déjà des peintures exposées dans une galerie au Portugal, mais je tiens à être représenté dans d'autres endroits tels que la France, l'Italie, l'Allemagne et bien sûr faire mon retour au Royaume-Uni.

 

Medeya : Quelle est votre actualité artistique ? Quels sont vos projets artistiques ?

Chris Klein : Je suis toujours plongé  dans la réalisation de mes deux séries de peintures "Costumes" et "Second Hand". Mais je m’ennuie un peu. Je dois prendre une «pause» et peindre d'autres choses. J’aime l’abstrait, le collage et la texture. Je tiens également à travailler sur d'autres portraits,  c’est encore assez embryonnaire pour le moment. C’est en  cours de développement dans ma tête.

 Gearbox recently overhauled

Gearbox recently overhauled

Medeya : Pour se faire une idée de votre personnage de façon plus général, j’aime bien soumettre à nos artistes invités les questions un peu naïves du thème de l’ile déserte…

                -Sur une île déserte vous emportez…

* Quel livre? N'importe quel livre de Richard Feynman

* Quel film? Metropolis de Fritz Lang

* Quelle musique? Radiohead

* Quel objet? Crayon et papier ......... acryliques aussi si vous me le permettez lol

* Lequel de vos tableaux? Une peinture inachevée, sinon je vais m’ennuyer.

 Only one previous owner

Only one previous owner

Medeya : Quel voyage aimeriez-vous encore faire ?

Chris Klein : L'Extrême-Orient, l’Indonésie,  la Malaisie, etc. Je serais ravi de voir des endroits comme Borobudur et Ankor Wat au Cambodge

 

Medeya : Quelles étaient vos ambitions d’enfant pour votre vie d’adulte ?

Chris Klein : Soit scientifique, soit  artiste. J’avais un esprit très curieux et je posais toujours de nombreuses questions, principalement sur les planètes et l'univers. Je me projetais souvent comme  astronome ou physicien. Mais j’aimais aussi beaucoup l'art, le dessin en particulier. Donc, je rêvais  également d'être un artiste à succès. L’Art a gagné !

Merci Chris Klein !

Retrouvez Chris Klein sur sa page Facebook et sur son site.

 

Portrait 2

Dernière modification : 11 juil. 2016